Faut bien manger sur les Découvreurs

Merci à Georges Guillain pour cet article de fond à propos de Faut bien manger (éd. La boucherie littéraire) sur le blog des Découvreurs (une mine!). Article en entier ici.

VIVRE DE SA PASSION ? OUI. MAIS À QUEL PRIX. À PROPOS DE FAUT BIEN MANGER D’EMANUEL CAMPO.

Les ouvrages nous permettant de nous faire une idée de la façon dont, au jour le jour, je veux dire dans sa réalité triviale et quotidienne, est vécu le métier de poète, sont à mon avis trop rares pour ne pas devoir être signalés. Entre idéalisation romantique et caricature pseudo-naturaliste, il n’est pas toujours facile de se représenter l’existence par exemple d’un jeune homme d’aujourd’hui entré dans les arts, comme aurait dit Murger « sans autre moyen d’existence que l’art lui-même » et « sans autre fortune […] que le courage qui est la vertu des jeunes, et que l’espérance qui est le million des pauvres ».

C’est pourquoi le petit livre d’Emanuel Campo, Faut bien manger, publié l’an dernier par La Boucherie littéraire, ne doit pas être négligé. Certes, on ne saurait affirmer sans se montrer un brin complaisant, qu’au strict plan littéraire, l’ouvrage apporte quoi que ce soit à l’histoire de la poésie. Écrit avec une certaine désinvolture, recourant à bien des facilités du moment, peu ambitieux donc sur la forme, le travail d’Emmanuel Campo intéresse par autre chose. Une sorte de sincérité ou d’honnêteté retorses par lesquelles il parvient, nous dévoilant l’envers du décor, à faire de ses propres faiblesses, une force et à nous sensibiliser de cette manière aux principales contradictions que la condition d’artiste qui est la sienne, oblige à affronter.

De fait, Faut bien manger – titre révélateur – ouvre comme une série de petites fenêtre sur ce que signifie, pour un poète, un artiste, le fait de se refuser au travail salarié pour s’assurer le bénéfice d’une vie plus confortable. Alors c’est sûr, faut bien aimer les pâtes ; recourir à l’occasion à quelques petits boulots pas toujours rigolos ; traverser bien des moments de doute et de déprime ; et lorsque c’est un peu trop dur de sentir qu’on déçoit bien des membres de sa famille, se surprendre à imaginer d’autres métiers qui donneraient la possibilité de continuer quand même, avec plus de sécurité, son activité d’artiste. Mais quelque chose apparemment de plus fort, comme une exigence intérieure, un dégoût aussi, comme viscéral de l’embrigadement social et de la soumission aux actuelles normalités, l’emporte. Jusqu’à rendre même difficile la relation avec d’autres artistes que leur désir de réussite aura transformé, en tristes et insupportables « communicants » de leur propre travail.

C’est, me semble-t-il, l’utilité première de la poésie que de maintenir dans l’espace de plus en plus dévitalisé, fabriqué, manipulé dans lequel nous baignons, l’exigence d’une parole non pas « vraie » mais toujours reliée, comme charnellement, viscéralement, à notre humanité profonde. Aussi, face à ces flux inconsistants mais déréalisants de parole qu’on voit par exemple inonder les réseaux, la meute des satisfaits qui se gratulent, se congratulent, font l’important, exhibent des misères comme s’il s’agissait des toutes nouvelles merveilles du monde, face aussi à tous ceux qui, sans trop savoir à quoi le métier oblige, l’envient, avec un sentiment coupable, de « pouvoir vivre de sa passion », le grand mérite d’Emanuel Campo est d’opposer une attitude, un ton, une liberté, une forme aussi de santé morale, d’incarnation, qui lui permettent de refuser la posture et de ne pas se montrer entièrement dupe de toutes les connivences, les malentendus, les travers, les faux-semblants et les déprimantes trivialités, sur lesquels reposent, quoi qu’on fasse, les formes sociales de l’engagement artistique. Il faut lire à cet égard le texte qu’il consacre à raconter, de l’intérieur, l’une de ses lectures dont il met d’ailleurs en lien la captation vidéo. Sans bien sûr qu’on puisse les ramener aux grimaces dont me parlait le grand tableau de Pelez auquel j’ai tout dernièrement tenté de rendre hommage, les « mines », « simulacres » et « cabotinages » divers qu’évoque ici, même au second degré, notre jeune poète ne sont pas sans dire quelque chose d’une certaine misère de notre poésie d’estrade ou de café qui pousse des procédés élaborés depuis longtemps par des auteurs d’envergure – ici par exemple Gherasim Luca – pour amuser des galeries qui finalement n’en ont pas grand-chose à faire. Venues qu’elles sont, pour la plupart, pour un semblant de convivialité.

Dans cette perspective, l’ouvrage d’Emanuel Campo prolonge un peu pour moi ce qu’on peut retenir de certains ouvrages tels que Chasseurs de primes de Joël Bastard ou du Vocaluscrit de Patrick Beurard-Valdoye dont j’ai en leur temps rendu compte. Son caractère salubre vient de ce qu’il ne se paie pas contrairement à bien d’autres d’illusions ou de prétentions excessives. Et surtout, laisse sa place au doute. Ce pourquoi il nous parle et se révèle, au fond, intelligemment humain.

 

Maison et Faut bien manger par Denis Morin

Denis Morin

Note de lecture par Denis Morin sur mes deux ouvrages à la Boucherie littéraire publié sur son blog. Extrait :

« Les textes sont savoureux, débordent d’esprit, traitent du couple, de la famille, de la société, des communications insensées. On sourit devant l’absurdité de l’existence, mais au fait on pourrait se demander si ce ne sont pas les gens qui tombent dans l’absurdité sans s’en rendre compte. À vous de juger. Ces textes valent la peine d’être lus à voix basse dans le transport public, dans le confort du salon ou sur une scène bien éclairée, micro au bec. »

à lire ici en entier.

 

France Inter

Mercredi 24 juillet 2019, des amis plus matinaux que moi ont pu m’entendre dans le 6/9, la matinale de France Inter dans un sujet autour du festival de poésie Voix Vives de Méditerranée en Méditerranée à Sète. Courte interview et captation de ma lecture par le journaliste Stéphane Capron. Merci à lui. On y entend ensuite une interview d’Antoine Gallardo de la Boucherie littéraire.
La page du site de la radio relaie un extrait vidéo de la création « On est là ! » de Paul Wamo et moi créée et filmée au Centre culturel le C2 à Torcy en 2015.

https://www.franceinter.fr/emissions/le-petit-journal-des-festivals/le-petit-journal-des-festivals-24-juillet-2019
ou écouter le podcast

 

[Vient de paraître] Tempêtes dans un verre d’eau, Trois petites truites éditions

Tempêtes dans un verre d’eau 
ouvrage collectif, collection Impasse de la source, Crest, juillet 2019, 12 €.

Le mot des éditeurs :
« Trois Petites Truites Editions sont nées d’un geyser. L’idée nous est apparue alors que nous nous prélassions au bord de la rivière Drôme, observant les remous provoqués par le Mouvement Truite et stimulées par l’engouement provoqué par le manifeste et ses évocations. Nous avons saisi l’élan pour en faire une littérature. Trois Petites Truites Éditions, c’est un projet à contre-courant. L’envie d’inscrire dans le temps, la fougue de l’an deux-mille-dix-truite, l’appréhension du quotidien en faisant douze pas de tous les côtés et même en haut et même en bas. Libérer les plumes et poser la poésie cueillie. Et réunir ces impulsions, ces regards décalés, dans de petits ouvrages artisanaux. »

Manifeste du mouvement Truite
Site de l’éditeur
FaceBook
troispetitestruites@gmail.com

 

« Faut bien manger » sur Poezibao

Merci à Jean-Pascal Dubost pour sa critique de Faut bien manger publiée dernièrement sur Poezibao. Article à lire ici dans son intégralité.

Emanuel Campo, Faut bien manger, La Boucherie Littéraire
Le titre est une expression parlée, familière, une de celle de la vie courante qui nous amène souvent à tronquer les phrases par rapidité linguistique et pour répondre à la vie vite. Se dit « faut bien manger » par désabusement las et par excuse de ne pouvoir autrement faire. Emanuel Campo, en assez droite hoirie du réalisme carvérien (revendiquée : « Une fois de plus, la lecture/d’un poème de Raymond Carver m’inspire/un recueil entier »), Emanuel Campo a choisi, au contraire cependant de l’auteur des Vitamines du bonheur, a choisi d’en rire jaune par les voies du sarcasme teinté d’auto-dérision, en cela héritant de Richard Brautigan, mais l’absurde anamorphique en moins. Toute situation peut générer une pensée-poème satirique chez ce poète à la fois désinvolte et impertinent, qui laisse aller et parler ses pensées comme elles viennent en les coupant en vers. Cette poésie relève du spoken word, pratique spontanément orale et urbaine de la poésie dans laquelle Emanuel Campo exerce ses talents, avec le courage de ne pas faire dans la dentelle, de n’épargner personne et ne pas verser dans la séduction :

C’est quand j’ai vu
la vieille dame éternuer
au-dessus du buffet
à volonté
que je m’suis dit
« T’as raison. On aurait dû se faire un kebab. »

Profitant de saynettes de la vie quotidienne, il fait rythme, car les poèmes ne sont pas simples transcriptions des observations, et cela est ce qui préserve les poèmes de la banale banalité d’être simplement banals et sans aucune envergure. […] On imagine fort bien certains des longs et très longs poèmes dits sur scène, micro à la main, comme apparemment improvisés, dits de mémoire et en dansant, comme le fait si excellement John Giorno. Emanuel Campo est de cette veine, moins « humaniste » que le géant américain. Il prend cependant le risque de déplaire, ce qu’on attend quelques-fois des poètes, dans leur liberté de parole affranchie du politiquement et socialement correct des temps d’huy. Jean-Pascal Dubost.

Entretien avec Rue89Lyon

Entretien avec Rue89Lyon (cliquez sur l’image ou ici) dans le cadre de ma participation au jury du concours de nouvelles : « Lyon, des nouvelles de 2050 ». Merci à

https://www.rue89lyon.fr

 

Festival Voix Vives du 19 au 27 juillet 2019

 

Je suis invité au festival Voix Vives à Sète qui se déroule du 19 au 27 juillet 2019.
Programme complet et précisions ici.

Mes interventions et lectures :

sam 20
à 11h
à 18h30 (lecture en musique, accompagné de Pascal Vantès à la guitare)

dim 21
à 10h30 (lecture en barque avec Hawad et Souad Labbize)
à 15h30 (lecture signée en LSF, avec George Vulturescu)

lun 22
à 16h
à 17h

mar 23
à 10h30

mer 24
à 11h (avec mon éditeur Antoine Gallardo de la Boucherie littéraire)
à 17h

jeu 25
à 11h (lecture en mer avec Watson Charles, Adam Fethi, Monika Herceg et Laurence Vielle)
à 15h (avec Mohamad Wehbi)

ven 26
à 15h (avec Hesham Alsabahi, Luís Filipe Castro Mendes, Marion Collé, Serge Javaloyès, Souad Labbize et Pef)
à 18h (avec Hawad)

sam 27
à 11h30

Entretien pour lelitteraire.com

Source : lelitteraire.com

Entretien express pour lelitteraire.com à lire ici. Merci à Jean-Paul Gavard-Perret.

Qu’est-ce qui vous fait lever le matin ?
Les responsabilités.

Que sont deve­nus vos rêves d’enfant ?
Ils ont muté en matière recy­clable ou en souvenirs.

A quoi avez-vous renoncé ?
Aux grasses matinées.

D’où venez-vous ?
Là, de suite, de chez l’épicier. Sinon de Dijon.

Qu’avez-vous reçu en dot ?
Je ne sais pas.

Un petit plai­sir — quo­ti­dien ou non ?
Café, bière, ver­veine, musique au casque.

Qu’est-ce qui vous dis­tingue des autres poètes ?
Théo­ri­que­ment rien : cha­cun fait ce qu’il a à faire.

Quelle est la pre­mière image qui vous inter­pella ?
Mes mains sur un piano.

Et votre pre­mière lec­ture ?
Ce que j’aimais lire enfant ? “Copain des bois” ! Et d’autres livres sur la pêche, la mon­tagne ou l’archéologie. Mais pas beau­coup de lit­té­ra­ture. Je n’aimais pas les histoires.

Quelles musiques écoutez-vous ?
Du rap essen­tiel­le­ment, amé­ri­cain majo­ri­tai­re­ment, depuis le jour où à douze ou treize ans j’ai entendu pour la pre­mière fois à la radio le mor­ceau “Affir­ma­tive action” de Nas. Je ne me suis jamais remis de l’entrée de la caisse claire dans le cou­plet du rap­peur AZ. La même année, 1996, je me pre­nais dans la tronche l’album The Score des Fugees. C’était fini. On ne se sent plus jamais seul en écou­tant de la musique dont les artistes qui la font s’adressent à toi sans 4e mur en mode moi-je-ici-et-maintenant. Bref, l’autre amour de ma vie, c’est un truc que je n’ai pas vécu, le Vel­vet Under­ground. Et j’ai quand-même une grosse par­tie de mon cer­veau grillé par le rock et la pop : TV on the radio, The Kinks, Eels, Beck, Ramona Cor­dova, Bowie, Adam Green, les pre­miers Strokes ou Arcade Fire…

Quel est le livre que vous aimez relire ?
Je n’ai pas de livre monu­ment de che­vet de la mort qui tue. Je relis le plus sou­vent les recueils des copains, et ceux de Dan Fante ou d’Aimé Césaire….

Quel film vous fait pleu­rer ?
Je ne m’en sou­viens plus. Ça fait des lustres que je ne me suis pas posé devant un bon film.

Quand vous vous regar­dez dans un miroir qui voyez-vous ?
Ben… moi. Sinon c’est pas un miroir, mais une télé. Ou un miroir de film d’épouvante.

A qui n’avez-vous jamais osé écrire ?
Tiens, je n’ai jamais eu ce sen­ti­ment. Per­sonne je crois. Je crois que si on n’ose pas, c’est que ce n’est pas le moment, que la parole n’est pas entiè­re­ment formulée.

Quel(le) ville ou lieu a pour vous valeur de mythe ?
New York.

Quels sont les artistes et écri­vains dont vous vous sen­tez le plus proche ?
Je ne sais pas. Je ne me sens pas proche des artistes dont j’admire le tra­vail. J’ai ten­dance à cher­cher autre chose.

Qu’aimeriez-vous rece­voir pour votre anni­ver­saire ?
Du temps, de la tran­quillité et un lec­teur CD avec un adap­ta­teur Bluetooth.

Que défendez-vous ?
Mon assiette.

Que vous ins­pire la phrase de Lacan : “L’Amour c’est don­ner quelque chose qu’on n’a pas à quelqu’un qui n’en veut pas”?
Que je ne suis pas qua­li­fié pour répondre.

Que pensez-vous de celle de W. Allen : “La réponse est oui mais quelle était la ques­tion ?“
Que répondre au pif sans connaître la ques­tion est une manière stu­pide de cher­cher les embrouilles.

Quelle ques­tion ai-je oublié de vous poser ?
Quel est le meilleur album de A Tribe Cal­led Quest : Low end theory, Mid­night marau­ders ou We Got It from Here… Thank You 4 Your Service ?

Entre­tien et pré­sen­ta­tion réa­li­sés par jean-paul gavard-perret pour lelitteraire.com, le 27 juin 2019.

 

Prochains rendez-vous

Poésie / Lecture-rencontre en public

09/06 : Lyon 2, Le Périscope, Cabaret poétique, 17h.
https://www.facebook.com/events/2278861798835990/?active_tab=about
 
11/06 : Valence, librairie l’Étincelle, autour de Faut bien manger, éd. la Boucherie littéraire, avec Marlène Tissot.
06 et 07/07 : Forêt de Brocéliande, festival Et Dire Et Ouïssance, par Dixit Poetic. Infos.
du 19 au 28/07 : Sète, festival Voix Vives. Infos.
 

Théâtre

15 et 16/06 : Anse (69), « Je me suis engagé, oui, mais j’ai oublié », ilimitrof CPG, spectacle + exposition. Infos.
15/07 : Avignon, lecture + présentation de projet avec la Compagnie Esquimots. Infos.

23/05 librairie la Virevolte à Lyon

Première à Lyon !
On fête la sortie du livre ?
Librairie La Virevolte
Éditions la Boucherie litteraire
Event FB > https://www.facebook.com/events/2060340874019298/

Prochaines lectures :
09/06 : Lyon 2, Le Périscope, Cabaret poétique, 17h.
11/06 : Valence, librairie l’Étincelle, autour de Faut bien manger, éd. la Boucherie littéraire, avec Marlène Tissot.
06 et 07/07 : Forêt de Brocéliande, festival Et Dire Et Ouïssance, par Dixit Poetic. Infos.
du 19 au 28/07 : Sète, festival Voix Vives. Infos.

Vague de chaleur sans précédent sur Westeros feat. Donchoa de la FF

Vague de chaleur sans précédent sur Westeros.
« Canicule is coming » se passe de bouche en bouche.
Des visions apparaissent dans les yeux des rues.
Certains ont vu, à l’aube, des gargouilles se détacher des façades.
L’ambiance a bien changé depuis ma tiède enfance.
Je me souviens des promenades sans fin dans les ruelles de Port-Réal.
Ma mère dans une main, un sabre laser dans l’autre,
deux trois ans avant l’overboard,
Ice Cube dans les oreilles,
je n’avais encore jamais été déçu,
je voulais déjà grandir.
Mais l’ambiance a bien changé depuis ma tiède enfance.
La guerre est entrée sans se déchausser. La malpolie !
J’avais pourtant laissé
toute une armée
de charentaises à l’entrée
de la ville

charentaise gauche       charentaise droite         charentaise gauche       charentaise droite
charentaise gauche       charentaise droite         charentaise gauche       charentaise droite
charentaise gauche       charentaise droite         charentaise gauche       charentaise droite
charentaise gauche       charentaise droite         charentaise gauche       charentaise droite
charentaise gauche       charentaise droite         charentaise gauche       charentaise droite
charentaise gauche       charentaise droite         charentaise gauche       charentaise droite
charentaise gauche       charentaise droite         charentaise gauche       charentaise droite
charentaise gauche       charentaise droite         charentaise gauche       charentaise droite
charentaise gauche       charentaise droite         charentaise gauche       charentaise droite
charentaise gauche       charentaise droite         charentaise gauche       charentaise droite
charentaise gauche       charentaise droite         charentaise gauche       charentaise droite
charentaise gauche       charentaise droite         charentaise gauche       charentaise droite
charentaise gauche       charentaise droite         charentaise gauche       charentaise droite
charentaise gauche       charentaise droite         charentaise gauche       charentaise droite
charentaise gauche       charentaise droite         charentaise gauche       charentaise droite

et une paire supplémentaire sur mon palier

charentaise gauche       charentaise droite

mais la guerre est entrée sans se déchausser.
Y a plus de saison.
Les scénaristes sont morts dans une ellipse.
Le respect se perd, «le pied dans le troisième millénaire
Paix et amour
Pas au goût du jour
Toujours sur les nerfs
On tourne en rond
De vrais vautours
Cages d’escaliers enfumées comme des coffee shops
Tout le monde s’en bat les couilles de la philosophie
Les petits chopent la rage dès l’âge de s’amuser
100 sous cela ne suffit plus
Faut plus que les centimes des bouteilles consignées
Tu peux enseigner tout ce que tu veux aux mômes
Dans les situations difficiles
Même les plus sérieux déconnent » (Donchoa de la Fonky Family).

« Canicule is coming » se passe de bouche en bouche.
Vague de chaleur sans précédent sur Westeros.

_ _

14/05/2019.
Écouter « Le respect se perd » de la Fonky Family

Faut bien Manger sur Poésie chronique ta malle

Patrice Maltaverne, poète, éditeur au Citron Gare, animateur de la revue Traction-Brabant et bloggeur-passeur de poésie, a lu mon recueil Faut bien manger aux éditions la Boucherie littétraire. Sur son très recommandé blog Poésiechroniquetamalle il écrit ceci :

Deuxième recueil publié par Emanuel Campo aux Éditions de « la Boucherie littéraire », dans la collection « Sous le billot », « Faut bien manger », d’Emanuel Campo parle des conditions de vie contemporaine dans la ville, lieu de tous les travaux (j’avais envie d’écrire « travails ») immatériels, rémunérés ou pas.
J’ai éprouvé du plaisir à lire ce livre, car j’y retrouve l’humour de son auteur qui s’emploie à tourner en dérision des choses pas forcément marrantes, comme par exemple le manque d’argent, la laideur du paysage urbain, les choses qu’on s’oblige ou qu’on nous oblige à faire pour gagner sa vie.
Bref, un texte résolument actuel (pas évident en poésie).
J’y retrouve également cette désinvolture dans l’écriture, ce j’men foutisme apparent qui, peut-être ou peut-être pas, dissimule de plus fines blessures.
Chaque poème de « Faut bien manger » me semble être un tout, une île qui se déplace dans une même constellation thématique. Les poèmes sont assez nettement aussi tournés vers l’oralité, voire, vers la performance, ce qui rafraîchit l’écriture poétique, l’assouplit.

Si « Faut bien manger » se compose de tableaux (ou de scènes) différentes, ces tableaux sont musicaux et impliquent un changement de décor (comme dans un ballet).

 

Retrouvez l’article complet avec un extrait choisit ici.

 

 

Faut bien manger sur lelitteraire.com

Merci à Jean-Paul Gavard-Perret de suivre mon travail et d’avoir écrit un article sur mon nouveau recueil Faut bien manger aux éditions la boucherie littéraire pour le compte de lelitteraire.com

Emanuel Campo, Faut bien manger

Le fil à la pâte

Emanuel Campo fait du poème minute son sport de com­bat, sa reli­gion (athée) afin de détruire la bêtise et se perdre dans la folie à la base de toute connais­sance de soi et des autres comme de toute com­mu­ni­ca­tion inter­per­son­nelle dont il fait son métier afin de gagner sa vie. Le poète par­tage avec ses potes ses doutes, ses peur et ses pâtes. Preuve que se battre pour man­ger est une néces­sité vitale : il est aussi impor­tant de battre le bri­quet pen­dant qu’il est chaud afin de man­ger cuites les Lus­tu­cru.
Ici, sur l’étal de la poé­sie, l’auteur nous livre des mor­ceaux de son jour­nal intime par frag­ments, sauts et mésa­ven­tures. Il ne cherche ni la bra­voure, ni la pose. Mais plu­tôt le zéro de conduite. Figu­rant dans un film, il est obligé de s’étendre au pied d’un arbre où il venait d’uriner. Décep­tif, pré­fé­rant au kebab un buf­fet volonté, il ne peut que consta­ter les éter­nue­ments répé­tés d’une vieille dame sur la boustifaille.

La vie est donc sai­sie au ras du réel non dans un musée de cire mais de cir­cons­tances. Quitte par­fois à les minu­ter seconde par seconde lors d’une lec­ture publique d’un de ses textes (écrit, avoue-t-il, en pla­giant Ghé­ra­sim Lucas — mais c’est sans doute moins véri­dique que pour faire un mot d’esprit à son corps dépen­dant).
Campo prouve que l’existence est rare­ment du Sha­kes­peare sauf lorsque l’Anglais dérive dans ses facé­ties. Mais le poète lyon­nais est ici ce qu’il est dans la vie dite active : bate­leur que “les met­teurs en scènes fas­cinent” car “ils invitent les publics à réflé­chir avec eux”. Ce qui semble pour le moins outran­cier sauf à vivre toute l’années les 15 pre­miers jours de Juillet en Avi­gnon. Du moins à ce qu’on dit, le lec­teur de ces lignes n’y fou­tant jamais les pieds.

Mais l’auteur peut lar­ge­ment prendre son cas pour une géné­ra­lité comme par exemple lorsqu’il parle “du métier” sans avoir for­cé­ment expli­ci­ter lequel ou lorsque son corps (j’entends à l’intérieur) est ana­lysé sans par­ci­mo­nie. Il s’agit alors d’en sou­li­gner les ava­nies et fram­boises là où ça se bouche, suinte, miaule, sue, gonfle, gicle, jaillit et j’en passe.
Mais quoi de plus robo­ra­tif. D’autant que choi­sir d’être publié “sur le billot” (titre de la col­lec­tion) de la Bou­che­rie Lit­té­raire demande néces­sai­re­ment de la tripe. L’auteur en pos­sède et la sert avec des spa­ghetti qui, comme le plus simple des repas, mérite  pour être réussi une bonne pâte. Alors qui donc sinon Campo haut roi (1,83 m) de la sauce tomate et de la salsa ?

jean-paul gavard-perret

 

Faut bien manger par Patrick Joquel

Merci à Patrick Joquel, toujours attentif et partageur, qui signe la première note de lecture consacrée à mon nouveau recueil aux éditions la Boucherie littéraire Faut bien manger. Article publié sur son site.

Emanuel Campo, second livre à la Boucherie Littéraire (le précédent : Maison. Poésies domestiques) et tout aussi surprenant. Un livre plein de surprises, de vitalité, de rebonds. Un livre joyeux. Des poèmes à dire à haute voix, normal pour un auteur qui aime la scène. J’espère bien le voir et l’entendre un de ces jours d’ailleurs…
On est à Lyon dans ce livre et la ville vit sa vie de ville tandis que je
retourne à mon travail
qui sans effort
s’abat sur moi

Dans ce lieu de travail on croise des cadres, jeunes et dynamiques, bien affutés pour défendre leur beefsteak même au détriment des autres ou d’eux-mêmes. Des cadres bien en corps et tout en harmonie avec leurs besoins vitaux. Des travailleurs en prise aux soucis quotidiens : transport, trajet, chronomètre et la peur de manquer d’argent…
Et alors ? Tu mangeras des pâtes. C’est bon les pâtes !

et on y croise l’artiste, le poète. Un être moqueur. Moqueur de lui-même, moqueur des autres et du système qui les met en scène, souvent de maigres publics…
Un livre salutaire, qui claque au vent et qui ouvre de nouveaux chemins à cette exploratrice du langage et de l’humain qu’est la poésie.

http://www.patrick-joquel.com/

Merci Monsieur Emaz

La semaine dernière, quatre jours avant l’annonce de sa disparition, j’évoquais encore mon unique rencontre avec le poète Antoine Emaz devant des élèves d’une classe de seconde. Lorsqu’on m’interroge sur mon parcours en poésie, je raconte souvent cette anecdote. C’était à Dijon en mai 2011, sur l’escalier de la sortie de secours de la salle ronde du Théâtre Mansart (les Dijonnais sauront), lors du festival Éclosion du Théâtre universitaire. À l’époque, je connaissais uniquement son recueil Caisse Claire que mon amie Caro, alors coordinatrice du festival en question, m’avait prêté. Antoine Emaz était à l’honneur du festival ce soir-là. Rencontre publique, lecture… puis discussions informelles au bar histoire de prolonger le moment (public essentiellement étudiant).  Il resta longuement à discuter avec celles et ceux qui l’approchaient. En ce temps-là, j’avais uniquement publié dans la revue Némésis, revue dijonnaise de poésie que nous étions quelques-uns à animer. Je suis allé le voir. Je crois qu’on a commencé à parler de jazz. Bref, arrive le moment de la question naïve qui taraudait le gars de 28 ans que j’étais, « comment se faire publier ? ». En guise de première réponse, il m’a posé une simple question : quels étaient les poètes et les maisons d’édition actuels que j’aimais lire ? Silence intersidéral de ma part. Je ne connaissais aucune maison d’édition de poésie. Et à l’époque mes rares lectures en matière de poésie, voire poésie du 20e se limitaient à Césaire surtout, Calaferte un peu… ah oui je cite quand même deux vivants (ouf !) Ian Monk et Christophe Stolowicki dont j’avais les livres. Mais bon, c’était peu pour quelqu’un qui souhaitait être publié. Pourquoi s’intéresserait-on à mes écrits si je ne m’intéresse pas à ceux des autres ? C’est avec beaucoup de bienveillance qu’il m’a parlé du parcours habituel qu’il est bon d’emprunter. Il a été le premier à me parler des revues, des salons d’éditeurs… Aller à la rencontre du paysage éditorial, se faire une culture de pratiquant de la poésie actuelle, permet de savoir où se situer, à quelles revues envoyer ses textes, et permet de choisir l’éditeur à qui envoyer son manuscrit… Il m’a parlé de N4728, une revue dont il était membre du comité de lecture. À l’écoute des nouvelles voix, il m’a gentiment proposé de lui envoyer quelques poèmes qu’il pouvait éventuellement transmettre au comité de la revue. Dans son e-mail qui accusait réception de mes textes, il m’écrivit ce retour précieux à propos de mes poèmes, retour que j’essaie tant bien que mal d’appliquer encore aujourd’hui : « […] il y a sans doute encore trop d’images pour moi. Sans doute est-ce une question d’âge, aussi. Plus je vieillis, plus je vais au simple, au pauvre ». Puis il conclut « il faut vous faire lire par des gens très différents ; les revues servent à ça ». Quelques mois plus tard, mon nom parut au sommaire de N4728, première revue (sans compter Némésis de laquelle j’étais membre) à publier mes poèmes.

Dans les semaines suivant ma rencontre avec Antoine Emaz, j’applique les conseils qu’il a été le premier à me filer : je m’abonne à tout ce qui bouge. Je lis les revues qui plus tard me publieront, Ce qui reste, 17 secondes, Microbe… en lis d’autres qui ne me publieront pas, et c’est cool. Je monte à Paris aux différents salons et marchés de poésie pour y acheter des recueils. D’ailleurs, je vous y croise Antoine Emaz mais je n’ose pas vous aborder. Je me ruine aussi. Beaucoup. Oui, la poésie, c’est un investissement. Je découvre des trucs qui me plaisent, d’autres non. Des initiatives soignées, d’autres complètements dégueu. Mais la qualité n’appartient pas exclusivement aux premières. Ma bibliothèque devient plus dense avec les éditions Tarabuste, La Dragonne, Le Pédalo ivre… Je surfe sur Internet et découvre plein de blogs. Je me rends aux événements de poésie de ma ville et rencontre des poètes avec qui je discute. Dingue. Tout ça jusqu’aux rencontres décisives avec les rares personnes qui m’ont amené là où j’en suis aujourd’hui en matière de poésie. Alors, pour ces précieux conseils, qui pour certains sembleront aller de soi, merci Monsieur Emaz.

Antoine Emaz (1955 – 2019)

_ _

E.C. dimanche 10 mars 2019.

Faut bien manger aux éditions la Boucherie littéraire

Les éditions la Boucherie littéraire ont remis le couvert. Je remercie Antoine Gallardo pour son travail. Merci à lui de continuer à publier le mien.
Mon recueil Faut bien manger est disponible dans toutes les librairies de France, de Suisse et de Belgique depuis le vendredi 1er mars 2019.

S’il n’est pas en rayon, commandez-le auprès de votre libraire. Il est à vous, Go!