Louis Calaferte dans « Paraphe »

« Poème du 16 novembre 1972.

C’est un matin froid
Les rues sont presque vides
Les rares passants marchent vite
Au bord du fleuve roulant et lourd j’allume une cigarette
L’air glacé me brûle les narines
J’ai une faim d’écriture, de beauté, d’expression
Un ardent désir de poésie
Malgré les soucis d’argent que me vaut cette liberté nouvelle que je me suis voulue pour me sentir être conforme à moi-même

En marchant sur le quai
Tout à coup
J’ai eu un instant de bonheur. »

 

Extrait de Paraphe, Louis Calaferte, Denoël, 1974.

Mec, tu sers à rien

dois parler avec aplomb d’un sujet important

c’est important le plomb

dans la bouche chewing chewing gum bada boum

des phrases comme des comètes

griffant le ciel des yeux ébahis

des gens impressionnables

 [un temps]

la foule se masserait pour m’écouter

prophète 2 point 5 grammes

en T-shirt à manches longues

mais aux tirades courtes

et percutantes comme les lattes d’un vieux lit d’hôtel

la foule se masserait pour m’écouter

prophète 2 point 5 grammes

répéter les mêmes choses nuit après nuit

bar après bar de square en square

répéter ces choses importantes

elles doivent être dites

sinon qui va les dire ?

 

la punition du 19/08/2014 porte le nom de CTRL+C CTRL+V

Je trouve le monde sein ; rien n’y est débile.
Je trouve le monde sein ; rien n’y est débile.
Je trouve le monde sein ; rien n’y est débile.
Je trouve le monde sein ; rien n’y est débile.
Je trouve le monde sein ; rien n’y est débile.
Je trouve le monde sein ; rien n’y est débile.
Je trouve le monde sein ; rien n’y est débile.
Je trouve le monde sein ; rien n’y est débile.
Je trouve le monde sein ; rien n’y est débile.
Je trouve le monde sein ; rien n’y est débile.
Je trouve le monde sein ; rien n’y est débile.
Je trouve le monde sein ; rien n’y est débile.
Je trouve le monde sein ; rien n’y est débile.
Je trouve le monde sein ; rien n’y est débile.
Je trouve le monde sein ; rien n’y est débile.
Je trouve le monde sein ; rien n’y est débile.
Je trouve le monde sein ; rien n’y est débile.
(Ad lib)

(P-P* à répéter en faisant la vaisselle, en changeant une couche, en écrivant un poème, en se donnant du courage, en écoutant le dernier album de Lily Allen… puis à compléter selon le temps disponible).

*P-P : Prière-Punition.

14/08/2014

l’été bleu gris

les travaux du bâtiment d’en face

depuis deux ans

ne masquent pas les cris des visages

 

tenir bon

 

les musiques que j’écoute sont des éclats d’alarmes

au milieu des courants d’air

volets claquent et portes grincent

 

[son de bébés qui pleurent]

 

Papa traverse la fenêtre

du regard

lui aussi a faim

 

_ _

(Rien à voir mais) écrit en écoutant ce titre :

Le Creusot featuring Beyoncé

je la vois Beyoncé

étendue lascive sur la plaine des Riaux

fumante irradiante et bruitiste

 

passant ses nuits Areva

d’un Jay-Z en Cheminée de la Forge

minaret laser surplombant leurs draps

 

le Pilon à l’entrée sud

micro suçant les vocalises d’auto-tune

des harmonies automnales

 

et les vibrations du trafic

journalier motivant un booty shake

tant fragile que régulier

 

les fours de l’ancienne cristallerie

soutien-gorge de fou

sont deux cônes écrasés dans le cendrier du R’n’B

 

le sein droit un théâtre le sein gauche une chapelle

la poitrine entourée de canons

la scène et les cieux se défendent par les armes

 

ses courbes collantes à celles de la Saône

plus à l’Est à celle du Morvan plus au Nord

dans la vielle à roue d’un moustachu d’Anost

 

j’espionne la Société nationale d’étude

et de construction de moteurs d’aviation

qui secrètement garde les plans « B »

 

au-delà des barbelés de Safran

je perce la surveillance

libre parce que personne ne me connaît

 

découvre « Creusot in Love »

tube à fumée sorti de la chaudière

de la loco 241P17

 

pensant détenir une exclu j’avertis les médias

hashtag J.S.L. Le Creusot

mais pas une ligne dans leurs pages

 

votre ville featuring Beyoncé

« best kept secret » il me semble

est un fantasme bien gardé

 

aujourd’hui il pleut sur la plaine des Riaux

c’est l’écume du clip « Drunk in Love »

que boit la ville à l’apéro

 

quand Le Creusot est bleu gris

c’est pour mieux ressembler à la tenue de « B »

lors de son show aux Grammy le 26 janvier 2014.

 

_ _

E.C. 2014.

Sapin, ou La Chambre haute de Luc Dietrich

« Je passais mes jours à me demander s’il fallait être seul ou passionné du monde, naïf ou retors, généreux ou rétréci d’avarice, fréquenter et se servir des fleurs ou s’en abstenir, dire la vérité ou ne pas la dire.

Dans le fond, je crois bien que je vais passer ma vie en cherchant ce qu’il me convient. Je ne suis pas seul, je ne suis pas seul. »

Sapin ou La Chambre haute, Luc Dietrich, éditions Éoliennes, 2014.