Dix subterfuges, débiles, mais qui marchent à condition de travailler dur.

\UN/ J’ai plié mon billet de dix euros de telle sorte que tu croies que j’en ai deux, posés l’un dans l’autre sur la table.

\DEUX/ J’ai plié ma copine de telle sorte que tu croies que j’en ai deux, allongées l’une sur l’autre comme sur la photo.

\TROIS/ J’ai plié mon meilleur ami de telle sorte que tu croies que j’en ai plusieurs à mes côtés sur la banquette.

\QUATRE/ J’ai plié mon doigt de telle sorte que tu croies que j’arrive à me couper le doigt rien qu’en tirant dessus.

\CINQ/ J’ai plié mon rire de telle sorte que tu croies que je te trouve méga drôle.

\SIX/ J’ai plié le transat d’une telle manière que tu croies que je m’en vais le ranger.

\SEPT/ J’ai plié mon pull de telle sorte que tu croies que je suis un mec soigné.

\HUIT/ J’ai plié mon corps de telle sorte que tu croies que je suis champion de Bourgogne junior de karaté sur poutre.

\INTERLUDE/ J’ai plié mes orteils, comme ça, pour essayer.

\NEUF/ J’ai plié mes pensées d’une telle manière que tu croies que je maîtrise et que j’ai vécu vingt ans dans un temple Shaolin.

\DIX/ J’ai pris une durite et je l’ai pétée. Et tu crois que je pète une durite.

_ _

19/09/17

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *