“Maison. Poésies domestiques” sur lelitteraire.com

Décidément,
deuxième critique de la semaine (!!!) de mon recueil Maison. Poésies domestiques aux éditions la Boucherie littéraire. Un article à lire ici sur un site que je ne connaissais pas : lelitteraire.com. Merci à l’auteur de se faire l’agent immobilier de ce livre.

Du bio au billot et vice versa

Il n’est pas éton­nant que les Édi­tions de la Bou­che­rie publient un tel livre. Et plus pré­ci­sé­ment dans sa col­lec­tion « Sur le billot » : le texte tranche. Venu ou issu du froid (ce que son nom ne laisse pas pré­voir), l’auteur est franco-suédois et multi-fonctions : il écrit mais est aussi homme de scène. Son livre le prouve : l’auteur, pour jouer dans des vagues de sens et de temps, use de la mise en forme comme méta­phore de mise en scène : police et grain de carac­tère, listes et motifs récur­rents. Le poète y trans­pa­raît. Père, il est aussi enfant de son enfance. Celle où il se bat­tait avec des mots. A l’époque, un « para­doxe alle­mand » était un sup­plice chi­nois. Et cha­cun a connu de tels troubles de la conscience plus que du com­por­te­ment.
Désor­mais, il a décidé de faire le tri dans son lan­gage. Il ne choi­sit que les mots dont il connaît la pro­non­cia­tion et la signi­fi­ca­tion. Ce qui n’est pas tou­jours le cas des poètes – mais ils ne sont pas les seuls : les cri­tiques eux aussi s’emmêlent les pinceaux.

Campo use aussi et sur­tout de l’humour — ce qui est mal vu chez les deux groupes nom­més ci-dessus. L’auteur est du genre à se « perdre dans les trains » et n’aime pas les rails – deux rai­sons d’en vou­loir à la SNCF même en dehors des jours de grève. Mais l’auteur a d’autres buts dans la vie que s’intéresser aux horaires et hor­reurs fer­ro­viaires. Il apprend à sor­tir des tun­nels du sens dans une sac­cade plus de boogie-woogie que bogies (on sait dans l’Ile de France ce qu’elles valent). En un tel mou­ve­ment sonore, ce car­net et cor­ner d’accords de chasse et de désac­cords pro­pose en séquences une suite d’échos, reprises, trous qui creusent la langue.
La trame est sans véri­table chro­no­lo­gie ; se sai­sissent des moments et impasses. Celles-ci pos­sèdent des angles saillants et d’infimes détails qui sondent la pen­sée ou le peu qu’elle est en dépit des efforts de tous les car­té­siens qui décartonnent.

Mais l’équilibre du vivant est là. De guin­gois entre ce qui fut et qui n’est pas encore. C’est sans doute ce qui s’appelle le pré­sent. Il y est — en résumé — ques­tion de tout et du reste entre gra­vité et humour. Et lorsqu’un oli­brius tourne en rond avec un lion à ses basques, l’auteur nous ras­sure : le qui­dam ne craint rien car il a deux tours d’avance sur l’animal.

Jean-Paul Gavard-Perret

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *