Projet d’ambulance

Je connais un gars qui est revenu
du statut de « pote » à celui de « connaissance ».
Il s’est lancé dans son projet artistique
un groupe de musique.
Avant, nous nous voyions pour discuter. Aujourd’hui,
il communique
à coup de post, de tweet, de S.M.S ., de vidéo,
qu’il nous invite tous à partager.
Et nous le rappelle.
Sa comm’ est tellement offensive que son projet, lui, ne l’est plus.
Ses mots sont lancés loin devant. Ils ne sont déjà plus là quand il parle.
D’ailleurs, il parle de « projet », « mon projet », « écoute, c’est mon nouveau projet ».

Puisque c’est un projet, il n’existe pas. Mais tu l’as déjà ?!
Donc même si c’est un projet, je peux quand même l’écouter ?
Si je comprends bien, tu me présentes un morceau de futur ?

Et pour dire les choses franchement, le mec me saoule,
mais c’était un pote, alors il m’arrive de penser à lui,
et d’aimer les ambulances. Car on devient tous,
à un moment ou à un autre, une ambulance,
roulant à toute vitesse, un blessé à bord.

_ _

E.C. 09/11/2016.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *