Vous avez la carte du magasin ?

Vous avez la carte du magasin ?
Ça dépend. Elle me permettrait de sortir en douce par la porte de service ?
Pas du tout.
Alors non. Je ne l’ai pas.
De toute façon, elle ne vous aurait pas non plus aidé à terminer ce poème, me dit-elle en se retournant pour arracher un sac en matière recyclée à 0,05 centimes.
Puisque vous avez le dos tourné, j’en profite pour me jeter sur vous puis vous visser mes écouteurs dans les oreilles. D’accord ? Je mets le volume à fond. Entendez l’orchestre.

Voyez ce qui me rend dingue dans ce morceau : la nappe à la dérive
qu’on entend
dès le début puis qui disparaît
brusquement à 3:00 min.
Écoutez jusqu’à la fin les clients attendront. La file va jusqu’au rayon des sirops, c’est dire.
Ce morceau peut diriger tout un monde. Un monde cartographié.
La musique, un GPS ? Vous avez quatre heures.

_ _

E.C.  09/03/2017.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *