Faut bien manger sur lelitteraire.com

Merci à Jean-Paul Gavard-Perret de suivre mon travail et d’avoir écrit un article sur mon nouveau recueil Faut bien manger aux éditions la boucherie littéraire pour le compte de lelitteraire.com

Emanuel Campo, Faut bien manger

Le fil à la pâte

Emanuel Campo fait du poème minute son sport de com­bat, sa reli­gion (athée) afin de détruire la bêtise et se perdre dans la folie à la base de toute connais­sance de soi et des autres comme de toute com­mu­ni­ca­tion inter­per­son­nelle dont il fait son métier afin de gagner sa vie. Le poète par­tage avec ses potes ses doutes, ses peur et ses pâtes. Preuve que se battre pour man­ger est une néces­sité vitale : il est aussi impor­tant de battre le bri­quet pen­dant qu’il est chaud afin de man­ger cuites les Lus­tu­cru.
Ici, sur l’étal de la poé­sie, l’auteur nous livre des mor­ceaux de son jour­nal intime par frag­ments, sauts et mésa­ven­tures. Il ne cherche ni la bra­voure, ni la pose. Mais plu­tôt le zéro de conduite. Figu­rant dans un film, il est obligé de s’étendre au pied d’un arbre où il venait d’uriner. Décep­tif, pré­fé­rant au kebab un buf­fet volonté, il ne peut que consta­ter les éter­nue­ments répé­tés d’une vieille dame sur la boustifaille.

La vie est donc sai­sie au ras du réel non dans un musée de cire mais de cir­cons­tances. Quitte par­fois à les minu­ter seconde par seconde lors d’une lec­ture publique d’un de ses textes (écrit, avoue-t-il, en pla­giant Ghé­ra­sim Lucas — mais c’est sans doute moins véri­dique que pour faire un mot d’esprit à son corps dépen­dant).
Campo prouve que l’existence est rare­ment du Sha­kes­peare sauf lorsque l’Anglais dérive dans ses facé­ties. Mais le poète lyon­nais est ici ce qu’il est dans la vie dite active : bate­leur que “les met­teurs en scènes fas­cinent” car “ils invitent les publics à réflé­chir avec eux”. Ce qui semble pour le moins outran­cier sauf à vivre toute l’années les 15 pre­miers jours de Juillet en Avi­gnon. Du moins à ce qu’on dit, le lec­teur de ces lignes n’y fou­tant jamais les pieds.

Mais l’auteur peut lar­ge­ment prendre son cas pour une géné­ra­lité comme par exemple lorsqu’il parle “du métier” sans avoir for­cé­ment expli­ci­ter lequel ou lorsque son corps (j’entends à l’intérieur) est ana­lysé sans par­ci­mo­nie. Il s’agit alors d’en sou­li­gner les ava­nies et fram­boises là où ça se bouche, suinte, miaule, sue, gonfle, gicle, jaillit et j’en passe.
Mais quoi de plus robo­ra­tif. D’autant que choi­sir d’être publié “sur le billot” (titre de la col­lec­tion) de la Bou­che­rie Lit­té­raire demande néces­sai­re­ment de la tripe. L’auteur en pos­sède et la sert avec des spa­ghetti qui, comme le plus simple des repas, mérite  pour être réussi une bonne pâte. Alors qui donc sinon Campo haut roi (1,83 m) de la sauce tomate et de la salsa ?

jean-paul gavard-perret

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *