Pour une débénabarisation du quotidien #130-135

Un nouvel épisode du feuilleton poétique de votre hiver (la contribution précédente du #123 au #129 par Greg Damon c’est ici) :

130) Ça crame. Il y a des jours où des mecs en crament d’autres. Et ils filment. Ils filment puis montent les images. Font des ralentis. Des incrustations. Et font une réalisation tape-à-l’œil-du-plus-faible-et-fox-news qu’ils mettent en ligne. Ça se diffuse tout seul. On dit nous avons décidé de ne pas vous montrer les images du mal. On dit nous avons décidé de ne pas vous montrer les images du mal. On dit nous avons décidé de ne pas vous montrer les images du mal. Mais à force de le répéter, et bien un mal grandit quand même. Il infuse puis se disperse. Opération commando. En ligne.

131) Quel est l’équivalent contemporain de la ligne Maginot de 1940 ?

132) Quelles sont les lignes à ne pas franchir ? On veut savoir. Parce qu’on a l’impression qu’en la matière, il y a pas mal de fluctuations. Certains peuvent. D’autres non. Selon les passifs, l’actualité ou les thèmes électoralistes. On voudrait savoir. Ce n’est pas pour chercher la merde. C’est pour vivre sans être inquiété de ce qui pourrait

133) tomber.

134) J’ai des enfants.

135) Ça caille. Il y a des jours comme aujourd’hui où la ville neige de droite à gauche. Le vent. De droite à gauche. Ça ne tiendra pas. Mais on sort tout de même – debout – une trace de morve sur la veste au niveau de l’épaule.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *