Pour une débénabarisation du quotidien #161-166

Suite du freestyle poétique « Pour une débénabarisation du quotidien ». L’épisode précédent (du #149 au #160) proposé par Sieur Damon est à lire avant d’enchaîner ce qui suit. Il date d’hier et vous attend ici.

161) Puis reviens m’asseoir sur le clic-clac en position clac à tes côtés. Tu regardes la télé. Je m’échoue en silence sur le rivage de tes hanches en veillant à ne pas renverser l’écume de ma bière – il y a des essences que je ne gaspille pas. Je tente d’exister le moins possible afin de ne pas te déranger.

162) Là, assis, sans trop bouger. L’extérieur de ma cuisse contre l’extérieur de la tienne et nos bras qui s’effleurent. C’est comme si je venais de trouver le plein emploi. Tout concorde. Une bulle de la gorgée précédente me remonte à la gorge en faisant un léger bruit. Je ferme la bouche. Ne sais jamais si t’entends ou non. Dans l’instant, tu me dis toujours que non. Des jours après, tu me dis qu’en fait t’avais entendu. T’es sympa, c’est mignon. Mais je n’existe toujours pas, là, ne veux pas te déranger. Tu es concentrée. Tu focus sur le drame qui se joue devant toi. A l’écran. Alors qu’à côté, je complète en pensée ma liste de choses que j’aurais pu faire. Ça ne veut pas dire que je mets de côté ma liste de choses à faire pour te ravir, mais c’est que ma priorité ici et maintenant est de m’enfoncer au plus profond de ce canapé-lit, sentir éventuellement le clic et le clac dialoguer avec la raie de mon cul et accompagner dans son affaissement contre le matelas la lente décrépitude de mon dos de jeune père. Tout un programme qu’aucun magazine télé ne saurait décrire clairement dans ses pages. M’effacer suffisamment de ta présence pour n’en devenir plus que l’unique spectateur. Te regarder regarder. M’annuler sous ton épaule. En finir avec l’existence existante. Au moins pour ce soir. Pendant que les jambons dorment. Tu te fais ton film et moi je renonce à lire pour te mater en buvant ma 8.6. En action même passive. Les yeux à la fois dans ta tête et devant. Même assise t’es debout. La vie comme le sentier évident qui mène à l’autoroute du soleil. Putain c’que je voudrais être cet acteur américain.

163) Un temps.

164) Si là tu me demandais « demain on fait quoi ? » je ne saurais pas quoi répondre. Rien qui nous satisferait tous les deux. Sérieux. Parfois, je m’en veux de n’avoir ni folie prévisionnelle ni spontanéité différée. En revanche, si tu me demandais « on fait quoi là ? » je n’aurai plus qu’à te réciter le paragraphe 162. Je te rejouerai cette scène en boucle comme si c’était le jour de la marmotte dans Un jour sans fin. Mais comme nous nous aimons, comme nous nous réveillerons demain matin l’un à côté de l’autre, la boucle temporelle sera rapidement brisée. Un nouveau jour plus un nouveau jour plus un nouveau jour.

165) Pour ne plus qu’atteindre le léger.

166) Attend un peu Greg. Je rewind un instant sur le paragraphe 160. 8.6… A moins que cela ne soit pas une bière que tu t’en allais ouvrir mais bel et bien 8.6 le département ? Ou l’année 86 ? Tu faisais quoi en 86 ? T’arriverais vraiment à ouvrir en deux une année entière ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *